LES CROYANCES

On me demande souvent si je crois, si je suis un croyant. 

Selon moi ou du moins ce que j’en ai compris, c’est que la croyance peut être positive ou négative, c’est-à-dire bonne ou mauvaise. Pour moi il n’y a ni mal, ni bien à croire ou ne pas croire tout dépends du point de vue ou on se place et pour quel motif, bref. 

En partant de ce constat, il y a longtemps, très longtemps que je suis sorti des croyances, de la croyance ! 

La croyance est une pensée cristallisée et quand une pensée est cristallisée il y a un résultat qui s’en suit et ce résultat est figé, cristallisé tant et aussi longtemps que la personne y croit. 

On entend souvent des gens tenir ce propos : (je suis convaincu) ! Être convaincu c’est être figé, cristallisé. J’ai constaté au fur des années que la croyance et le fait d’être convaincu peuvent être source de conflit. Cependant, si la personne se sent bien dans cet état, tout est parfait. 

En ce qui me concerne, j’ai développé l’habitude d’observer et de ne rien acheter de ce que je vois, j’entends, je touche, je goûte, je sens, ce qui dans un premier temps préserve ma paix intérieure. 

Dans cet état de fait, l’observation, je n’ai pas de pensées, pas de jugements ni de croyances, je ne fais qu’observer. Par la suite je peux, avec un certain recul, prendre ou laissez aller. Si je laisse aller, la paix est préservée dans tous les sens, c’est déjà un miracle. Si je prends, je veux dire que si quelque chose me plaît, je la vis sous forme de pensée seulement. Je porte attention à ne pas figer ni cristalliser ce que je prends. 

Une pensée peut être gardée, abandonnée ou changée en tout temps. En outre, changer ou abandonner une croyance, c’est toute une aventure ! 

L’idée c’est de garder à l’esprit l’observation et de se souvenir qu’une pensée est plus malléable qu’une croyance, du moins c’est mon point de vue.

Pin It on Pinterest

Shares