DIFFÉRENCE & RÉFLEXION

LA DIFFÉRENCE

Par la différence je veux dire : personne; animal; chose; événement; circonstance; etc. Il n’y a pas de limite à la représentation de la différence.

L’amitié que l’on dit ressentir pour la différence est égale au degré de reconnaissance de soi à travers celle-ci.

RÉFLEXION

Vous êtes-vous déjà arrêté sur le mot « moitié » ? Quelle est sa définition ? D’où vient ce mot ?

Je ne parle pas ici de la définition du dictionnaire, mais bien au niveau énergétique !

Faisons une petite incursion antérieure. Vous vous souvenez d’avoir entendu de vos parents ou grands-parents l’expression « c’est la mi-saison » ?, ce qui voulait dire « c’est la demi-saison » ou « la moitié de la saison ». Même aujourd’hui on emploie encore cette expression au niveau du sport tel que le hockey, lorsque l’annonceur dit « c’est la période de la mi-temps ». La « mi », réfère à la moitié.

Dans le mot « amitié » nous retrouvons cette expression « a-mi » qui veut dire à moitié.

Maintenant, si l’on se réfère au point de vue énergétique et que nous acceptions le fait que nous sommes tous UN et que par ce fait nous sommes « Unité », ce qui voudrait dire que nous sommes « Entiers ».

Dans le mot « entier » nous retrouvons « tier » qui exprime (la tierce partie). Tierce, pour autre !

Pourquoi disons-nous que nous avons de l’amitié pour une personne (différence) ? Se pourrait-il que cette personne (différence) représente la moitié de ce que nous sommes ? De là l’expression “a mi tié” pour “la mi entier”, ce qui voudrait dire la moitié de l’entier.

Qu’est-ce que nous regardons vraiment à travers la différence ? Sur quoi est attirée notre attention ?

Pourrions-nous appeler cela « de la reconnaissance » plutôt que de l’amitié ?

Je pense que oui ! Pourquoi ?

Parce que ce n’est pas la différence qui nous intéresse vraiment ou ce qu’elle est, mais ce que nous voyons de nous à travers cette différence, que ce soit positif parce que nous aimons ou négatif parce que nous n’aimons pas et les preuves de ce que j’avance sont infinies, l’on peut énumérer des exemples à la tonne.

Vu de cet angle, il est plus aisé de moins se blesser en sachant que la différence est la moitié de moi.

Pourquoi ?

Comment puis-je être en colère contre moi ? Comment puis-je être blessé de moi-même ?

Je me plais à la pensée que la pratique de ce point de vue m’amène à la guérison de ce genre de blessure, à la responsabilité de ce qui arrive en avant de moi et à me libérer d’une prison illusoire que j’ai moi-même construite.

L’amitié que l’on dit ressentir pour ce qui est différent est proportionnelle au degré de reconnaissance de soi à travers celle-ci.

C’est le même concept qu’avec une compagne ou un compagnon, on entend souvent dire « c’est ma tendre moitié ».

La moitié de quoi ? La moitié de qui ?

De ce que nous voyons de nous à travers “cette tendre moitié”.

Vous voulez un exemple ?

La tendre moitié que vous dites aimer, vous savez celle qui a les yeux bleus, la chevelure noire ébène, le nez délicat, la peau douce, le caractère charmant, etc…, et bien prenez seulement le nez plus large de votre sœur par exemple et mettez-le à la place de celui de votre compagne.

Est-ce que votre degré de reconnaissance de vous va changer ? Évidemment ! Est-ce que vous allez aimer de la même intensité cette personne ?

Soyez honnête, vous allez sentir immédiatement la différence en dedans de vous. Oh, je sais bien que ça ne vous empêchera pas de prétendre l’aimer tout autant, mais avec une coche en moins. Il y aura quelque chose de changé, peut-être très subtil j’en conviens, mais assez pour le ressentir.

Et le nez, rappelez-vous, ce n’est qu’un exemple…

Supposons qu’un jour ou l’autre le caractère de votre tendre moitié soit remplacé par celui de quelqu’un avec qui vous ne vous entendez pas ! Supposons qu’elle commence à trouver que les autres garçons sont véritablement beaux ! Supposons que vous vouliez absolument avoir des enfants et qu’elle prenne tous les moyens pour ne pas en avoir !…

À chaque concept, vous allez sentir en dedans de vous un degré de moins dans l’amour que vous dites ressentir pour cette tendre moitié.

Alors !?

L’amitié ou l’amour que l’on dit ressentir pour la différence est proportionnel au degré de reconnaissance de soi à travers cette différence.

Et savez-vous quoi ? Il n’y a aucune exception !

Ne vous en faites pas trop avec cela, car c’est magnifique de le savoir et je dis bien « savoir », parce qu’il y a d’autres étapes au devenir.

Comme par exemple « LA CONNAISSANCE » qui est un autre niveau.

Pin It on Pinterest

Shares